Historic Sheet Music Collection

Document Type

Score

Publication Date

1840

Comments

Paroles de Mr. A. Nettement

Musique d'Hippolyte Loüel

à Mr. Aléxis Dupond

Paris (au Ménestrel, 2 bis, Rue Vivienne, Paris) : Maison A. Meissonnier-Heugel

Some of these resources may contain offensive language or negative stereotypes. Such materials should be seen in the context of the time period and as a reflection of attitudes of the time. The items are part of the historical record, and do not represent the views of the library or the institution

Lyrics

Naguere encor j'aimais le bal,
ces nuits d'ivresse et d'harmonie où l'archet donne le signal
du règne de la plus jolie;
portant au front la blanche fleur
aussi fraiche et moins simple qu'elle,
j'aimais le murmure enchanteur,
disant quand j'entrais: qu'elle est belle!

Mais je suis mère,
et pour moi maintenant,
il n'est bal si brillant
qui vaille le premier sourire, le doux sourire de mon enfant.

Oui, je suis mère et pour moi maintenant
il n'est bal si brillant
qui vaille le premier sourire, un seul sourire de mon enfant.

J'aimais naguère au son du cor,
suivre le cerf sous les grands chênes
souvent je crois entendre encor
l'appel des fanfares lointaines!
ton pied léger frappe le sol:
partons ma cavale intrépide comme autrefois dans notre vol
de vançons la meute rapide!..

Mais je suis mère et pour moi maintenant,
il n'est jeu si bruynant
qui vaille le premier sourire,
le doux sourire de mon enfant!
oui je suis mère et pour moi maintenant
il n'est jeu si bruyant
qui vaille le premier sourire,
un seul sourire de mon enfant.

C'étaient toujours plaisirs nouveaux,
lorsqu'aux cieux scintillait l'étoile,
la barque glissant sur les eaux
pour moi gonflait sa blanche voile,
l'hiver; quand loin de nos valons
fuy ait l'hirondelle craintive,
ma voix, orgueil de nos salons,
ravissait la foule attentive!..

Mais je suis mère et depuis ce moment,
je ne sais plus qu'un chant,
le chant qui calmant son maryre rend le sourire,
à mon enfant, oui je suis mère dpuis cemoment,
je ne sais plus qu'un chant,
le chant qui calmant son martyre,
rend le sourire à mon enfant.

Share

COinS
 

The views expressed in this paper are solely those of the author.