Historic Sheet Music Collection

Document Type

Score

Publication Date

1820

Comments

p. 9: Accompt. par Mr. la Maniere.
No. 6

p. 14: Air et accompt. par Mr. Aubert
No. 7

p. 16: Air du droit du Seigneur accompt. par Mr. Delplanque
No. 8

Some of the resources may contain offensive language or negative stereotypes. Such materials should be seen in the context of the time period and as a reflection of attitudes of the time. The items are part of the historical record, and do not represent the views of the libraries or the institution.

Lyrics

Dans la prairie sous l'ormeau,
julien veillait sur mon troupeau;
tranquillement et sans détour,
il me parlait il me parlait de son amour.
Dans la prairie sous l'ormeau,
julien veillait sur mon troupeau;
tranquillement et sans détour,
il me parlait il me parlait de son amour.

sans crainte sans prévoir dórage,
nous formions les mêmes voeux;
nous n'avions qu'un coeur à nous deux.
tous nos jours étoient sans nuage.
nous etions heureux vous seréz heureux.
votre ordonnance, vos desirs
viennent troubler tous nos plaisirs.
hélas! sans vous et pour jamais
nous avions le calme et la paix,
vous aurez le calme et la paix,
le calme et la paix.
malgré moi, malgré moi,
je frémis de vôtre loi.
cédez à son pouvoir.
ah quel triste devoir!
ce lui de monseigneur,
est de veiller su l'honneur.
ce lieu me fait trembler,
ah! si jó sois parler
qui peut vous fair trembler?
je balance. quel silence?
je balance, qual silence?
Babet il faut parler.
oui ce lien me fait trembler.
quelle peine! quelle gêne!
quelle peine! quelle gêne!
ah si jó sois parler!
quel effroi pour ma tendresse
augmente ma frayeur.
si mon sort vous interesse,
ah soyéz mon protecteur!
monseigneur, julien soupire,
c'est lui que je respire.
prenéz pitié prenéz pitié
de ma douleur.
son chagrin, et sa jeunes
se tout annonce sa candeur.
si son sort vous interesses,
ah soyez son protecteur!
quel effroi pour ma tendres
se tout augmente ma frayeur
si mon sort vous interesse
ah soyez mon protecteur!

Ingrat que je rappelle,
tu más donc pu trahir!
ta maitresse fidelle,
ná pûte retenir.
cette jeune bergere
qu'onte voit préferer;
ná pas ce coeur sincére,
qui sçacoit tádorer.
mais de quelle injustice
peux tu donc m'accuser!
qu'elle humeur, quel caprice
te porte a me laisser?
je te connus aimable
je te connus aimable
mon coeur sést enflamé
et si je suis coupable
c'est dá voir trop aimé.

Je pleure avant l'aurore,
Quand le jour va venir;
Le soir je pleure encore,
Quand le jour va finir.
Jarose demes larmes
Ces lieux où je te plus;
Ces lieux si pleins de charmes,
Hélas! où tu nés plus.

D'lins tant qu'on nous mite en ménage,
nous'n'eums qu'un esprit et qu'un coeur
de puis vingt ans même langage mêmes
désirs et même humeur:
mon enfant, mon enfant,
fais comme ta mere et d'compagnie
avec l'amour chaque matin dans ta chaumiere
le plaisir te don'ra l'bonjour
et d'compagnie avec l'amour chaque matin
dant ta chaumiere le plaisir te don'ra l'bon jour.

Babet est l'bonheur en personne,
Et moi je suis son amoureux:
Qu'on vienne nous offrir un trône,
Notre réponse est dans nos yeux:
Nous dirons, (bis) ça ny peut rien faire
Et, d'compagnie avec l'amour,
Chaque matin, dans not chaumiere,
Le plaisir nous don'ra l bonjour.

Je mapperçois qu'a ton oreille,
Le désir sonne le tocsin,
Mais en joussant de la veille;
Songe toujours au lendemain:
Mon enfant, (bis) fais comme ton pere,
Et, d'compagnie avec l'amour,
Chaque matin dans ta chaumiere,
Le plaisir te don'ra l bonjour.

Share

COinS
 

The views expressed in this paper are solely those of the author.